Ecofeminisme, Féminin Intégral

La maladie d’être femme…

Namasté

« la maladie d’être femme »…ce titre de conférence m’a interpellé et peut-être vous interpelle aussi, non ?

C’est le titre d’une webconférence que Isabelle Zowcszak , thérapeute en médecine chinoise, a donné il y’a quelques semaines ( le lien plus bas).

De la provoc ? pas du tout… une réalité méconnue de la façon dont la Médecine officielle ( allopathique et masculine) et nombre de religions dominantes considèrent les femmes depuis plusieurs siècles.

Nombre de récits historiques témoignent que les femmes étaient considérées « impures », voire sataniques, en tous les cas « malades » à cause de…leurs menstruations, et de leur « instabilité émotionnelle ».

Alors si ça n’était que quelques mauvais souvenirs…tout irait bien…mais la réalité est plus sombre. Les femmes portent inconsciemment cette « maladie d’être femme ». Freud en a d’ailleurs repris l’héritage avec son concept « d’hystérie féminine ».

Tout cela vient d’une profonde méconnaissance des cycles féminins.

Les hommes depuis la nuit des temps ont cherché à percer le mystère de l’Éternel Féminin…Comment les femmes donnaient la Vie ? Les premières représentations de  déesses étaient d’ailleurs des ventres de femmes enceintes 😉

Puis quand, au cours de l’évolution, les hommes ont découvert que le sperme y était pour quelque chose, alors le sang des femmes est devenu « un sang inutile » un sang « impur » souillé par la sexualité notamment.

Comme les médecins ne savaient pas comment ça se « mijotait à l’intérieur du sexe des femmes », ils ont émis l’hypothèse (au 13ème siècle)  que le sperme coagulait le sang des règles ( oui…drôle d’idée)

Du coup, les enfants naissaient de ce sang « impur ». Or aujourd’hui on sait que le sang des règles ( sang génésique) contient un nombre très important de cellules souches , cellules qui permettraient à l’avenir de reconstituer un organe malade par ex…ou un remède.

Or, ce postulat négatif du sang des femmes a donné lieu à des tas de théories du coté des religieux concernant la naissance . On avait alors décrété que le « saint Esprit » était venu « purifier » le sang de Marie pour qu’elle puisse enfanter le Christ.

Ce qui pourrait être « défendable » sur le plan symbolique ; Marie étant le symbole de la Matrice Sacrée qui nous permet de Re-Naitre dans la Nouvelle Conscience Incarnée ( Christ).

Mais encore une fois, ce qui s’est ancré dans la conscience collective…c’est la femme « souillée », la femme impure.

Avant l’avènement de la Médecine allopathique dominée par les hommes, de tous temps, et dans tous les villages existaient des « sages » femmes , des guérisseuses qui soignaient avec les plantes, qui s’occupaient des accouchements, des rituels de Vie et de Mort.

Ces guérisseuses savaient « lire » dans le sang des règles pour diagnostiquer un déséquilibre. Elles se transmettaient depuis la nuit des temps des recettes de grand-mère et étaient très respectées.

Mais comme elles avaient des pouvoirs de guérison, il en a fallu très peu pour qu’une fois « la chasse aux sorcières » ouverte par l’inquisition catholique, elles soient aussi accusées de provoquer des tempêtes, des sécheresses, de se transformer en démons, d’organiser des orgies…etc…

Un manuel écrit par deux inquisiteurs allemands « le Malleus Malificarum » truffé de superstitions et d’accusations rocambolesques a correspondu au 15ème siècle à la création de l’imprimerie. Le manuel s’est donc répandu dans toute l’Europe comme une traînée de poudre et a permis de mettre au bûcher des milliers de femmes pendant près de 2 siècles.

Alors qu’en est il aujourd’hui ?

Un constat : Beaucoup de femmes se plaignent d’avoir leurs règles, consultent les gynécos pour syndrome prémenstruel, dérèglements hormonaux, fatigue chronique, douleurs, irritabilité…  et même arrivées à la Ménopause, les femmes continuent de souffrir de déséquilibres majeurs et surtout du regard de la société sur leur nouvelle condition : des femmes qui ne procréent plus…et qui sont donc condamnées à l’inutilité et au flétrissement.

Dans l’inconscient collectif masculin , la femme continue d’être un drôle d’animal hormonal …« qui n’est pas « à prendre avec des pincettes quand elle a ses ragnagna »et dans les faits, une majorité des hommes continuent de ne rien y comprendre, voir d’en être dégoûtés…(résultat d’une enquête récente pour le magasine BIBA)

Dans les pays pauvres, les menstruations sont la 2ème cause de déscolarisation des filles après le mariage forcé.  En occident, on pourrait croire qu’on a de la chance, on a la pilule, le stérilet aux hormones, les serviettes hygiéniques et  tout ça…quand dans les pays pauvres, beaucoup de filles et femmes finissent par mourir de septicémie ( invasion bactérienne massive) à force de se mettre tout et n’importe quoi dans le vagin pour éviter de saigner…triste tableau, n’est-ce pas ?

En France, entre les deux guerres, les médecins considéraient encore que les « règles » des femmes étaient une « maladie ». En 1926, un médecin Français avait décrété qu’une femme saine ne devait pas avoir de règles puisque sa fonction était d’enchaîner les grossesses.

Alors bien sur, au moment de la « Révolution Féministe », les femmes ont accueilli avec enthousiasme l’arrivée de la pilule contraceptive. Enfin allaient elles pouvoir faire autre chose que de « procréer »!

Mais les femmes sont elles au courant des conséquences réelles sur leur corps de cette prise massive d’hormones ? Quelles étaient les motivations des deux inventeurs américains de la pilule dans les années 50 ?

Et bien, Mesdames, sachez que ces hommes inventeurs de la pilule visaient la productivité ( si les femmes n’ont pas leurs règles, elles seront moins fatiguées et moins ch……, et donc elles pourront travailler plus ) et tenez vous bien…l’arrêt des règles allait permettre à l’homme d’avoir des relations sexuelles régulières et rapprochées avec sa femme !

En attendant, comme ils avaient peur que les femmes se rendent compte de la supercherie…ils ont fait en sorte de provoquer à la fin du cycle de « fausses règles ».

En effet, aujourd’hui beaucoup de femmes ignorent que les saignements qu’elles ont tous les mois quand elles prennent la pilule sont en fait ce qu’on appelle « des hémorragies de privation » et pas des menstruations ( processus naturel de rejet du nid fabriqué chaque mois par la femme pour accueillir un enfant si fécondation)

Et Pourquoi ? et bien parce que à la 4ème semaine du cycle, l’arrêt brutal de la prise d’hormones ( 30 fois supérieur au taux hormonal naturel) provoque une mini-hémorragie  interne ! De cette façon, les vendeurs d’hormones maintiennent les femmes dans l’illusion qu’elles sont « normales » en faisant croire qu’elles ont leur règles tous les mois. Et puis comme ça , le marché des serviettes et tampons peut continuer à prospérer….important dans une économie de marché…

Aujourd’hui, des études prouvent que cette injection hormonale massive au quotidien est à l’origine de l’augmentation récente des AVC chez les femmes, de la cellulite et est un facteur de catégorie 1 dans les cancers de l’utérus, du sein et du foie

C’est aussi une des raisons de la baisse de la libido, et des dépressions nerveuses chez les femmes…bref que du bonheur !

Alors bien sur, vous allez me dire…oui mais on fait comment sans la contraception ? et puis c’est vrai que tous les mois c’est l’horreur quand j’ai mes règles !

Alors je me joins à Isabelle….Si vous avez des cycles irréguliers, des douleurs, un syndrome prémenstruel, de la fatigue, de l’irritabilité…ça n’est pas normal ! les règles ne sont pas une maladie !  Chaque mois, lors de vos règles, vous avez l’occasion de faire un bilan de santé 🙂

Mais de nos jours, est ce que le corps est écouté ? Est ce que les femmes sont connectées à leur corps ?

Dans notre société de l’apparence et du consommable, le corps est devenu « une vitrine », un objet..il doit « fonctionner » et quand il ne fonctionne pas, il devient un « ennemi » !

Beaucoup de femmes aujourd’hui se sont laissées berner par le diktat imposé par cette société du corps-objet des femmes…ventre plat, corps de rêve, Women Power ! Les femmes ont cru gagner en liberté, comme une revanche sur les hommes…

Mais, en vérité…elles ont perdu en sensitivité, en profondeur, en connexion avec leur Source…et elles ont perdu leur vraie Puissance de Femme

Aujourd’hui il est temps de revenir au bon sens. La contraception naturelle ça existe, avoir des règles sans douleur, et sans tensions, c’est possible…

Les menstruations sont aussi une merveilleuse manière d’apprendre à respecter ses énergies lunaires cycliques ( lire Lune Rouge de Miranda Gray), et donc de respecter ses rythmes biologiques 🙂

Il y’a aujourd’hui urgence pour les femmes à prendre soin de leur corps, de leur santé physique, psychologique et spirituelle. Plusieurs approches holistiques sont disponibles pour rééquilibrer votre corps, et avoir des règles régulières ( calées sur le cycle lunaire), peu abondantes, et courtes.

Les médecines orientales savent depuis toujours comment diagnostiquer et remédier à ces problèmes spécifiquement féminins 😉

Je vous invite à écouter Isabelle qui propose des solutions en médecine chinoise simples et efficaces. Elle a déja accompagné des centaines de femmes à retrouver la Joie d’être une femme . C’est ICI

ET en ce qui me concerne, je propose un accompagnement Holistique Intégraal pour libérer en vous « la femme Mère-veilleuse » que vous êtes..avec L’Ayurveda, le Yoga intégral, la danse Kundalini, et la Reconnexion à votre Matrice tridimensionnelle Unifiée ( Corps-Cœur-Conscience)

« Chaque femme a droit à un Alléluia…. »

Chrystelle

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *